jeudi 29 décembre 2011

De quoi parlez-vous, jeune homme ? Tome III

J'avais prévu de faire tous les 6 mois environ sur ce blogue une sorte de remise à niveau. En d'autres termes, vous expliquer pourquoi ce blogue existe, qui je suis, ce que je fais (vraiment), ce que je vais faire...
Pas un bilan ni un examen de conscience, juste une sorte de présentation de bienvenue pour mes nouveaux amis internet qui ne connaissent que mes derniers messages, et un petit rappel pour celles et ceux qui me suivent depuis plus longtemps mais qui ne sauraient pas tout de ma vie :)

Il y a 6... non, 10 mois, donc, je vous écrivais ceci :

"Le verbe au vert n'a pas été ouvert par hasard. Il avait et a toujours une finalité qui est de rendre compte de mes activités d'écriture et de tout ce qui leur est associé.
Tous les deux ou trois mois (sic), je remets en avant les causes de l'existence et de la résistance de ce blogue. Plusieurs de mes nouveaux lecteurs n'ont sans doute pas eu l'occasion de remonter jusqu'à la source. Pour eux, et pour les plus anciens qui ont oublié l'épisode, revoici donc l'aventure d'un écrivasseur en webland :

Afin d'éclaircir le mystère de ma présence en ces murs électroniques et pour justifier mes posts les plus abscons, voici un petit retour sur les origines du mal... Suivez les liens et vous saurez tout :

Il y a presque un millénaire, je travaillais pour la science et sa gloire.

Mais la gloire scientifique n'étant que vanité, j'ai obéi au plus impérieux de mes appels intérieurs.

L'écriture l'a donc emporté sur la recherche, bien que je n'eusse pas définitivement abandonné cette dernière. Mais pour bien écrire il me fallait des trucs, car je souffre d'une forme amusante d'hyperactivité, qui m'oblige à faire plusieurs choses en même temps pour supporter de faire quelque chose. C'est pourquoi j'ai inventé le concept de poly-écriture, m'obligeant à élaborer beaucoup de récits simultanément pour mieux tous les terminer.

J'ai créé ce blogue pour "améliorer ma visibilité sur le web", ainsi que me le conseillait une professionnelle des Arts, et de fil en aiguille j'ai transformé l'écriture simultanée de 14 récits en un véritable projet littéraire, lequel a été retenu pour appel à souscription, et a rencontré le succès espéré. Auparavant, j'avais finalisé l'écriture de quatre récits, dont trois romans, que je propose depuis plus d'un an aux éditeurs. Des extraits et des résumés tels que celui-ci en sont donnés çà et là sur le verbe au vert.

Afin que tout le monde sache où en était mon projet, je faisais en 2010 un point précis tous les 14 jours, le dernier ayant été fait le 23 décembre dernier. On y trouvait à chaque fois le classement des 14 récits en cours avec le nombre de pages déjà écrites pour chacun. Ce classement permettait en outre d'aller consulter la fiche individuelle de présentation des 14, avec titre, genre, synopsis et historique.
Depuis le 1er janvier, je me suis efforcé de faire le bilan précis de chacun des 14 récits (voir les billets du 1er janvier et de tous les jours suivants) ainsi qu'un bilan général.
Le blogue, après un an et deux mois d'existence, est sorti du carcan contraignant et exaltant du projet des 14 récits. Il ne faut plus en parler sous cette forme, mais considérer que chaque récit et roman existe par lui-même et a vocation à être lu. J'espère avoir bientôt l'occasion d'annoncer de bonnes nouvelles éditoriales dans les prochains mois.
En attendant, j'ai ouvert un autre blogue intitulé L'envers du verbe dans le but de parler d'autre chose sans mélanger les humeurs et la littérature.
Par ailleurs, la navigation sur le verbe au vert est facilitée par un archivage systématique de tous les messages qui y sont publiés. Le nombre de ces messages ayant fortement augmenté, une refonte de cet archivage est envisagé.
"

Depuis ce mois de février, plusieurs choses se sont produites et sont venues enrichir le résumé ci-dessus.
En premier lieu, deux ouvrages sont sortis, un premier collectif, Les Rimotises, dont j'ai abondamment parlé en son temps, puis mon premier roman publié, demain le ciel sera orange. Ce dernier, après un peu plus d'un mois de vie, est presque épuisé, ce qui ne doit pas vous empêcher d'en réclamer encore. Après tout, le meilleur et peut-être le seul moyen de le faire retirer est de le commander !
Ensuite, j'ai entamé une longue et fructueuse collaboration pour l'écriture d'un dictionnaire de langue française, un projet tout à fait passionnant et qui tombe pile dans mes compétences et dans le bon timing... alors que je viens d'achever un cycle d'écriture intense.
J'ai également développé la visibilité de mes travaux sur divers réseaux desquels je me défiais autrefois faute de les connaître. Je reste circonspect, mais je ne néglige aucun outil pour poursuivre mon entreprise de visibilité.
Enfin, de nombreux détails plus ou moins signifiants, dont le plus important est sans doute le développement de la collection des livres-objets par ma compagne, eux aussi mis en valeur sur le ouèbe, livres qui nécessitent pour un grand nombre d'entre eux des textes plus ou moins longs que je m'empresse d'écrire pour Elle.
J'ai donc trois métiers et une seule vie. C'est assez magique de penser que, pour l'instant, j'y arrive...

Et puis, il y a vous. Vous les blogueuses et blogueurs, les commentateurs et commentatrices, les autres visiteuses et visiteurs qui passent discrètement mais dont la présence m'effleure et me réjouit également, les proches, les fans, les artistes dont les sites m'enchantent, les nouveaux amis virtuels, toute "la gang" du net qui ne cesse de grandir chaque jour.
Ce blogue a été ouvert initialement pour que je me montre ; en réalité il m'a servi à entrer dans un fragment d'humanité plein d'êtres intéressants et chaleureux, et cela me réjouit grandement.

Soyez heureux.

dimanche 18 décembre 2011

Interlude pictural

Cela fait un moment que je ne parle plus que de ciel orange dans le verbe au vert.
Je ne prends même plus la peine d'évoquer les créations de ma douce, et le Cosmos sait pourtant qu'elle le mérite...
Quelqu'un, cependant, vient d'en dire le plus grand bien. Partageons ses paroles d'or :
http://www.art-et-renov.fr/latelier-au-vert-ou-le-regne-de-lharmonie/

mercredi 14 décembre 2011

>100

Un mois tout juste après la sortie du roman, la barre des 100 exemplaires distribués de "demain le ciel sera orange" est largement franchie. Chaque jour qui passe le met un peu plus en position de devenir introuvable. Ce n'est pas ce que vous voulez, n'est-ce pas ? ;))

J'ai fait une promesse aux premiers lecteurs et aux premières lectrices, à celles et à ceux qui ont apprécié leur lecture et réclamé une suite. Si les conditions prévues sont un jour réunies, cette promesse sera tenue.

jeudi 8 décembre 2011

Rappel : dédicaces à Lyon

Dernier rappel avant mon "envol" pour Lugdunum : je dédicace à Lyon ce samedi :

http://sebastienhaton.blogspot.com/2011/11/dedicaces-lyon.html

Mes horaires de présence à la librairie sont légèrement différents de ceux affichés en raison de l'heure d'arrivée de mon train. L'on pourra me voir de 11h10 à 13h, puis de 15h à 18h.
Vous y serez probablement accueilli par des sourires et de la bonne humeur :)

mardi 6 décembre 2011

Saint-Sébastien, signe-moi ton livre

Je viens de recevoir un certain nombre de photographies prises à la cérémonie de samedi dernier à Paris. Elles sont toutes très belles et je n'ai plus qu'à les redimensionner pour vous offrir un superbe reportage !
En attendant celui-ci, je vous en propose une que l'éditeur vient de m'envoyer. La légende stipule que je suis visiblement illuminé par l'inspiration. Sans aller jusque là, ou en allant au contraire beaucoup plus loin, elle vous montrera sûrement à quel niveau d'allégresse je me situais. Le tout devant un décor de loupiotes fort à propos.

"C'est très simple, il s'agit d'un ciel orange qui..."

dimanche 4 décembre 2011

15 heures de blablas ininterrompus

A y est, la journée de présentation-dédicaces à Paris est passée !
Ce fut une belle expérience, grâce à la générosité et à l'accueil de Marie et Maxime, grâce au soutien inconditionnel de monsieur le responsable des éditions AO, grâce à la sympathie de "l'autre" auteur présent Jean-Henri Maisonneuve, grâce aux nombreux visiteurs et à leur sympathie affichée pour la création littéraire et pour la lecture... grâce aussi à la bonne humeur qui me quitte rarement et dont je fais usage pour me faire bien voir ;)))
J'ai hâte de recevoir quelques-unes des photographies prises par Ma-Li Godart et Jean-Luc Tafforeau.
Un grand merci aux participants, aux invitants, aux publiants... et des bonnes pensées pour tous les autres.

Et à bientôt pour la prochaine séance, cette fois à Lyon le 10 décembre prochain, librairie Agora dans le 6ème arrondissement. Toujours avec bonne humeur et toujours avec le grand chez AO !

Soyez heureux.

lundi 28 novembre 2011

Dédicaces à Lyon

Le samedi 10 décembre, je serai à Lyon pour une séance de dédicaces à la librairie “Agora presse et cætera” 57, cours Vitton, Lyon 6e  (10h-12h et 16h-18h).
Un grand merci à Valérie et Christophe Gilotin, les gérants de la librairie.


Venez nombreux et faites passer !

Je vous rappelle également la présentation officielle de l'auteur et du roman à Paris le 03 décembre, sur invitation uniquement. Pour obtenir celle-ci, écrivez-moi sur yaouh !

mercredi 23 novembre 2011

Des messages qui n'apparaissent que quand il n'y a pas d'image

J'ai posté un message ce matin, avec une superbe photographie d'élève-écrivain. Il semblerait qu'un bogue empêche ce message d'être visible hors de ma machine personnelle.
S'il y en a parmi vous qui ont visité mes pages aujourd'hui sans voir ce message, je vous remercie de me le signaler.
En attendant, vous pouvez toujours lire ce message. Et s'il n'est pas réapparu, voici le lien :
http://sebastienhaton.blogspot.com/2011/11/deux-petites-precisions-utiles-mais.html

mardi 22 novembre 2011

Deux petites précisions utiles mais nécessaires, et inversement

Tout n'a pas été dit sur la sortie de "demain le ciel sera orange".

Pour commencer, plusieurs personnes ont commencé à aimer le roman en découvrant les larges extraits proposés par l'éditeur sur la page officielle de l'objet, avant de le commander. C'est un bon réflexe et j'ai complètement oublié de le mentionner.

En second lieu, le genre du roman n'est pas spécialement limitatif. Ni science-fiction, ni fantasy, ni réellement anticipation (encore que), le ciel orange navigue dans un domaine que je pourrais qualifier de "politique imaginaire". L'éditeur l'a joliment qualifié "conte futuriste" et j'y souscris.
En tout cas, ma Véro prend beaucoup de plaisir à le lire alors que la SF n'est pas sa tasse de thé, c'est le moins que l'on puisse dire.