mercredi 1 juin 2011

Quand l'auto-fiction dépasse la réalité -5-

Cinquième épisode du feuilleton extrait d'un chapitre de l'acheteur d'allumettes 2, écrit il y a longtemps et qui ressemble étrangement à mon présent, toutes proportions gardées et toutes choses inégales par ailleurs dans un monde parfait.

Dans l'épisode 1, Pierre rentre chez lui.
Dans l'épisode 2, il retourne sur son ancien lieu de travail.
Dans l'épisode 3, il est accueilli avec effusion par des collègues avec lesquels il ne s'est pas toujours bien entendu.
Dans l'épisode 4, il raconte ses aventures et annonce son désir de retravailler là à une des personnes présentes.
Voici le cinquième volet de ce retour...

Quand l'auto-fiction dépasse la réalité
PARTiE 5

(...)


Rompant le bruit général, M. Pierson en personne entre là où on ne le voit presque jamais. Quelque chose d'inhabituel a attiré son cerveau supérieur. Ses yeux s'arrêtent sur ma tête de hippie. Lui me reconnaît immédiatement. Mais il ne m'embrasse pas, il ne faut pas exagérer. Une simple pression sur l'épaule suffit amplement à me montrer son affection.

"Et bien je comprends mieux ! Je ne m'expliquais pas ces bureaux vides et ce silence partout, j'étais sur le point de virer tout le monde... pince-t-il sans rire. Tu as cinq minutes pour monter ?
- J'allais justement vous voir.
- Alors je t'attends. [à la troupe qui s'ébranle] Non, c'est bon, ne vous affolez pas. C'est pas tous les jours que le fils prodigue rentre au bercail."

Je prends sa remarque comme une réintégration par anticipation. Je suis encore pour partie ce petit garçon qui croit qu'on obtient les choses simplement parce qu'on les désire.
Et justement... Mylène m'intercepte alors que je me prépare à rejoindre le bureau du big boss.

"Dis, tu m'avais proposé un jour un verre après le boulot, tu te souviens ?
- Comme si c'était il y a deux ans ! Bien sûr !
- Et si on le prenait ce soir ?
- Et qui viendrait me péter le nez pour ça ? plaisantai-je maladroitement.
- Plus personne en fait, répliqua-t-elle avec un peu de raideur blessée. Mais si j'étais encore avec ce... avec lui, j'hésiterais peut-être à te l'envoyer", ajouta-t-elle en louchant sur mes bras noueux comme de la glycine.

Je lui souris comme un vainqueur, comme sourit le loup dominant trop sûr d'être le seul concurrent valable dans son territoire. Mais tout au fond de moi, je sens que ce n'est pas le bon endroit pour faire le malin...

“Ce serait sympa, dis-je enfin. Je te fais signe après mon entrevue au sommet.
- Je t'attends”, lâche-t-elle comme une évidence à mon instinct perturbé.

Jean-Pierre est en chemisette. Il a un peu maigri et me semble moins soucieux qu'avant. Ce n'est quand même pas parce que je suis parti, me dis-je sans me faire rire.

“Je ne te demanderai pas de me raconter toutes tes aventures, je suppose que tu l'as déjà fait en bas.
- C'est vrai. Toutefois, n'écoutez pas trop ce que vous diront les autres. Il se peut que certaines choses soient déformées...
- Je m'en doute. J'ai déjà entendu assez de conneries sur ton compte, sans compter les journalistes... Tout ce qui m'intéresse pour l'instant est : comment vas-tu ?
- Pas trop mal, je dirais. Pas trop bien non plus, pour être sincère. Ce n'est pas si simple de passer d'un monde à un autre. Ceci dit, ce n'était pas plus facile dans l'autre sens, au contraire...
- Et côté boulot ?
- C'est... un peu pour ça que je suis venu, en fait.
- Je m'en doutais. Pour tout te dire, je t'ai attendu pendant presque deux ans. J'espérais que tu reviennes un jour et que tu me demandes “réintègre-moi, Jean-Pierre !”. Mais les choses se compliquent. Je ne fais plus autant ce que je veux.”


[à suivre...]


L'acheteur d'allumettes II, chapitre 2, retour à la source, Sébastien Haton

6 commentaires:

  1. Bien aimé le rythme du texte ! :-)

    RépondreSupprimer
  2. Ben, oui, ya toujours un chef au dessus du chef,va falloir s'accrocher et lâcher Pierson...

    RépondreSupprimer
  3. Salut, moussaillonne ! :))

    Merci, Anik, pour ton avis de spécialiste ;)

    Tu sais, manouche, ce monsieur Pierson est le plus gentil chef de la Terre... d'ailleurs on le découvrira dans la suite, chuuut !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai lu et j'ai bien aimé. Et il faudrait que je commence par la partie 1 et que je relise la partie 5, mais là, je suis trop crevée pour tout lire depuis le début.
    On est dans la maçonnerie et je suis rentrée du jardin à 22h! Alors la soirée est un peu courte et du coup, j'ai du mal à visiter tous les amis blogueurs en ce moment;o)

    ***
    Belle fin de semaine et à bientôt****

    RépondreSupprimer
  5. Si tu as bien aimé, alors il faut que tu recommencer depuis le début :))
    Mais tu as raison : quand tu auras le temps. Bonne maçonnerie, bonnes activités et bonne lecture (plus tard) !

    RépondreSupprimer

Il est interdit de sortir de cette page sans commenter, sauf si vous décidez le contraire...